: INFO : GLOBAL MEETING AIR FRANCE.... Réservez votre billet ici ---

  • Présentation
  • Contexte
  • Objectifs & Résultats
  • Organisation
  • Participants
  • Programme
  • Inscrivez vous

3ème édition de la Conférence internationale sur la certification des principaux produits agricoles d’exportation avec tous les acteurs des pays producteurs et consommateurs.

CARREFOUR D’ECHANGES POUR DES CENTAINES DE PARTICIPANTS

Spécialistes, acteurs des filières agricoles, organismes de financement, pouvoirs publiques, ONG, industrie… se donnent rendez-vous à Abidjan pour partager leurs expériences sur la certification.

Contexte

L’agriculture fait face à une nouvelle demande sociétale de plus en plus forte pour des produits sains de haute qualité, issus de pratiques culturales plus respectueuses de l’environnement. Par ailleurs les pays consommateurs prennent des mesures contraignantes et renforcent le cadre juridique et légal sur l’entrée de ces produits sur leurs sols notamment sur les questions de pratiques de production, de traçabilité, de qualité et de sécurité alimentaire. Ces dispositions sont rarement établies en concertation avec toutes les parties prenantes.

D’une manière générale la certification est l’un des processus indiqué pour garantir aux consommateurs la provenance d’un produit et/ou le respect de certaines pratiques. C’est le label qui permet ainsi aux producteurs de valoriser  leurs produits  en leur conférant une haute qualité sur des marchés de niche et également de masse.

Dés lors la certification des produits agricoles pourrait être l’un  des moyens essentiels  de lutte contre la pauvreté et constituer un outil de développement durable  qui permettrait de résoudre les problématiques liées à la protection de l’environnement, à  l’amélioration des revenus et des conditions sociales des producteurs.

Les pays producteurs en général regorgent de plusieurs produits ou initiatives locales ayant un fort potentiel de commercialisation par des filières labellisées.

Les plus grosses firmes ont pris l’engagement de s’approvisionner en produits 100% certifiés « durables » à l’horizon 2020, pour le café, le cacao le palmier à huile et les fruits frais.

La production de café durable a atteint environ 19 % de la production mondiale totale, les ventes de café durable représentant environ 9 % du total selon les derniers rapports annuels des organismes de certification.

Premier pays producteur de cacao, la Côte d’Ivoire est également le pays ayant le plus grand potentiel de cacao certifié avec plus de 300 000 tonnes soit près de 20% de la production nationale toujours selon les estimations des organismes de certification.

Environ 30 000 producteurs ivoiriens de coton sont engagés dans un processus de certification durable.

La Conférence Mondiale sur le Cacao tenue à Abidjan en novembre 2012 a favorisé la rencontre des acteurs qui ont pu débattre spécifiquement sur la certification du cacao qui représente plus de 70% des volumes mondiaux de produits certifiés.

Malheureusement des réponses adéquates n’ont pas été apportées aux préoccupations brulantes des acteurs présents. Les conclusions de la dite conférence ont invité les acteurs à poursuivre les réflexions sur la certification.

En juin 2013 sur l’initiative de l’ICCO, l’Atelier International sur la certification du cacao s’est tenu à Douala et a permis d’avoir une meilleure compréhension du processus de certification ainsi que les perspectives des différents acteurs de la chaîne de valeur.
Cependant, certaines questions importantes relatives par exemple à la prime, à la mise en œuvre pratique de la démarche (audit, formation, financement, crédibilité, traçabilité, etc…) demeurent encore très sensibles et méritent une considération et une réflexion plus poussée.

En Côte d’Ivoire les différentes normes de certification pour le cacao peinent à garantir la traçabilité des produits labellisés et sont confrontées à de multiples défis depuis quelques années.

L’impact réel sur l’amélioration des conditions de vie des producteurs ne semble pas évident et jette un discrédit sur le processus et une perte de confiance entre les acteurs de toute la chaine de valeur allant des producteurs aux consommateurs.
La problématique d’accès aux marchés certifiés est apparue également comme une limite du processus. Les multinationales n’ayant pas toujours tenu leurs engagements en ce domaine, cela constitue un frein à l’amélioration des revenus des producteurs qui ont adopté la démarche.

Face à tous ces défis, il convient de créer une plate forme d’échanges et de concertation réunissant les acteurs des chaines de valeurs concernées aux fins d’ébaucher des pistes de solutions.

Dans ce contexte, la première conférence internationale sur le thème « Agriculture Durable : Enjeux et Perspectives de la Certification» s’est tenue à Yamoussoukro du 16 au 18 septembre 2014 avec la participation de plus de 220 personnes.
Les travaux se sont déroulés autour de plusieurs communications pendant trois jours dont 6 plénières et 3 ateliers thématiques.
La dernière journée a été consacrée aux produits et 3 séances ont été menées simultanément avec un partage d’expérience dans les filières :

  • Café-Cacao
  • Fruits frais-Palmier à huile
  • Coton-Anacarde

Plénières :

  1. Actions des pays producteurs
  2. Rôle des Organisations Internationales et des ONG
  3. Perspectives des Organisations de producteurs
  4. Financement des programmes de certification
  5. Aspects sociaux et environnementaux de la certification
  6. Productivité : Utilisation rationnelle des pesticides

Ateliers Thématiques :

  1. Politique d’Encadrement
  2. Politique d’accès au Marché
  3. Politique de financement

Lors de son discours d’ouverture à la 3e édition du SARA (Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales), son Excellence Mr Alassane Ouattara, président de la république de Côte d’Ivoire a relevé  les 3 défis auxquels fait face l’agriculture ivoirienne :

  • La productivité agricole
  • La transformation de nos produits agricoles
  • L’accès de nos produits agricoles aux marchés internationaux et régionaux

Il convient donc de noter que la certification de nos produits agricoles est devenue une condition sine qua non à l’exportation sur certains marchés internationaux et permet aux entreprises labellisées d’être plus compétitives.
Afin de sensibiliser les différents acteurs de la chaine de valeur sur l’importance de cette problématique dans la promotion de nos produits agricoles sur les marchés extérieurs et dans le développement de nos économies, il est prévu d’organiser la deuxième édition de la Conférence Internationale sur la certification des produits agricoles avec pour thème principal : CERTIFICATION : OUTIL DE VALORISATION ET DE COMPETITIVITE DES FILIERES AGRICOLES

Objectifs & Résultats

L’objectif général  fixé par la conférence est de créer une plate forme internationale d’échanges d’expériences des différents acteurs  intervenant dans le processus de la certification et aussi de faire de la Côte d’Ivoire le pôle de réflexion de l’agriculture durable compte tenu des enjeux que représente l’agriculture dans son économie. La deuxième édition de cette Conférence a pour but d’approfondir les discussions engagées lors d’ICC 2014,  et d’intégrer plus d’acteurs de la chaine de valeur, notamment l’industrie et les pays consommateurs.

Objectifs spécifiques

  • Faire l’état des lieux de la certification au niveau du Commerce International
  • Permettre une meilleure prise de conscience des enjeux de la certification sur les échanges commerciaux
  • Faciliter les discussions pour la mise en œuvre d’un cadre légal et règlementaire
  • Renforcer les capacités des entreprises agricoles afin de les rendre plus compétitives.
  • Impliquer  les  autorités gouvernementales pour leur participation active dans le processus
  •  susciter le dynamisme des organisations de producteurs et des différents intervenants des filières agricoles ;

Résultats Attendus

La Deuxième Edition d’ICC vise les Résultats suivants :

  • Des réponses adéquates sont apportées aux problématiques essentielles liées à la certification avec un accent sur l’accès aux marchés, la sécurité alimentaire, la traçabilité, le financement
  • Les enjeux de la certification agricole sur le commerce international sont connus;
  • La mise en place d’un cadre légal et réglementaire au niveau des pays producteurs
  • Une stratégie et une vision commune sont partagées pour un meilleur repositionnement de la certification au cœur des activités de durabilité et de commercialisation extérieure.

Organisation

L’organisation du séminaire reposera sur:

  • un  comité de pilotage ;
  • un  comité scientifique ;
  • un  comité d’organisation.

Le comité de pilotage

Missions :

C’est l’instance d’orientation et de décision pour l’organisation de ce  séminaire, composé des représentants des ministères parrains.
Il est notamment chargé:

  • d’approuver les thématiques et les présentateurs proposés par le Comité Scientifique;
  • d’approuver la composition des organes mis en place ; 
  • d’approuver le projet de programme de la conférence élaboré par le comité scientifique, le lieu et la date ;
  • de valider le budget prévisionnel de la Conférence;
  • d’approuver les documents de synthèse de la Conférence (les résolutions et recommandations)

Le Comité scientifique

Missions :

Ce comité aura pour mission principale de mettre en place la méthodologie de travail appropriée permettant de préparer et de conduire la  Conférence pour atteindre les objectifs fixés par le Ministère de Tutelle.
Il aura notamment pour mission :

  • la définition des termes de références des conférences inaugurales et des travaux en commission,
  • le choix des animateurs et personnes ressources,
  • l’élaboration d’un plan d’exécution et d’une méthodologie adoptée en vue d’obtenir les résultats attendus,
  • la préparation des allocutions (ouverture et clôture) du ou des  Ministres de Tutelle
  • de la rédaction des comptes rendus des conférences et des débats ;
  • de la collecte des présentations des conférenciers et des travaux des différentes commissions.
  • la rédaction et la diffusion après validation par le  ou les  Ministres des actes de la Conférence.

Méthodologie de travail

Le travail du comité scientifique va s’organiser à travers des réunions périodiques (au moins 2 fois par mois). Une base documentaire regroupant les rapports de séminaires et les études existants en matière de certification sera constituée.

Le Comité d’organisation

L’organisation de la conférence sera entièrement confiée à la Société K’Origins promotrice et initiatrice de l’évènement.

Missions :

Il est garant de la bonne exécution de la Conférence tel que conçu par le comité scientifique et a pour mission d’engager et organiser l’ensemble des moyens logistiques et matériels nécessaires pour l’organisation, éditer la brochure officielle du séminaire ainsi que les différents supports & médias de promotion de l’évènement.
Il s’occupera notamment:

  • de la communication de l’évènement
  • organisation des inscriptions
  • de la logistique
  • des relations publiques et sponsoring ;

DEROULEMENT DES TRAVAUX

Les activités porteront sur des  présentations inaugurales et des travaux en commissions thématiques ou panels.
Les thèmes retenus pour les conférences inaugurales restent à définir.
L’animation de la Conférence sera assurée par des experts en durabilité et de personne ressources issues de structures impliquées dans les différents processus de certification.
Un modérateur sera désigné par Panel.
Les langues de travail seront l’anglais et le français.

Participants (liste non exhaustive) :

  • Ministères techniques
  • Organisations de producteurs
  • Organismes de formation/audit
  • Structure de financement
  • ONG
  • Organisations internationales et Partenaires au Développement
  • Exportateurs
  • Industriels
  • ONG de consommateurs
  • Organismes de certification
actualites
mediatheque
Retrouvez-nous sur Facebook
 
 
Pays à l'honneur

pays à l'honneur

Vidéo
NOS PARTENAIRES
ICC 2017 ::: PARTENAIRES  
© 2015 - Tous droits réservés ::: ICC 2015